Jours 1 : Transfert Paris -><noscript><img src=loupe
    Pudahuel Santiago Chili

    Après nos 14 heures de vol avec Air France (belle qualité de prestation), nous sommes arrivés à 20h35 dans le grand terminal de Santiago. Il est très long, surtout quand il faut le faire d'un bout à l'autre à pied.

    Il nous restait plus qu'à attendre le vol pour Arica à 4h41.

    Donc dodo sur le carrelage de l'aéroport pour d'aucuns et sur les sacs pour les autres. Que le carrelage est dur !

     
    Galerie photos    Afficher la carte      
    Jours 2 : Aricaloupe
    Arica Arica Chili

    Arrivé à 7h12, notre ami José Louis, nous attendait à l'aéroport.

    Il nous a fait visiter la ville et ses alentours.

    Arica est une petite ville très animée le soir. Il y a également tout un quartier piéton très agréable.

    Cette ville est à une position stratégique sur la route pour de la Bolivie, ce qui explique son port de marchandises et son historique du temps des corsaires.

     
    Galerie photos    Afficher la carte      
    Jour 2 : Musée d'archéologieloupe
    Arica Chili

    A 15km à l'est d'Arica, à gauche sur la route. Il ne faut pas louper la petite pancarte !

    Dans le désert du Chili, une série de corps âgés de plus de 5 000 ans ont été découverts et soumis à des techniques de momification sophistiquées.

    Les momies Chinchorro d'Atacama, les plus anciennes du monde.

    Il y a aussi bien des fétus, des enfants et des adultes, mais de très petite taille. Une impressionnante salle aux momies (un peu cachée) contient un quarantaine de momies alignées dans leur vitrine de verre, telle une morgue.

    Beau petit musée.

     
    Galerie photos    Afficher la carte      
    Jour 3 : Lac Chungaraloupe
    Parinacota Chili

    Le lac Chungará est un lac situé dans la cordillère des Andes au nord du Chili, près de la frontière nord-ouest de la Bolivie. Le lac qui est surplombé par le volcan Parinacota appartient à l'altiplano chilien. A cette altitude, il est possible de voir des flamants roses qui y vivent malgré le froid nocturne.

    Pour notre part, quand nous y sommes allés, il pleuvait et il faisait 3°C. Nous avons traversé un endroit enneigé, n'avons pas vu le volcan car il était caché par les nuages et nous avons aperçu 3 ou 4 flamants roses le long de la route.

    Par contre nous avons vu de nombre lamas et Hono a même pu caresser un bébé.

    Nous avons trouvé un petit hostel (Pachamara) très sympa à Putre. Il m'ont même accompagné jusqu'au dispensaire du village afin de me faire passer le mal de l'altitude (mal de tête intense et vomissements). 15 mn sous oxygène et c'est reparti comme si de rien était.

    Les épaisseurs de couettes sont prêtes pour la nuit. Le thermomètre va flirter avec les 0 et il n'y a ni isolation, ni chauffage.

    Le seul problème, un wifi trop faible pour mettre des photos. Demain soir, j'espère que l'on pourra en mettre.

     
    Galerie photos    Afficher la carte      
    Jour 4 : Salar de Surireloupe
    Parinacota Chili

    À plus de 4.200 mètres d’altitude, ce désert de sable blanc invite à admirer ses magnifiques lagunes d’un bleu intense cachées au milieu du désert le plus aride du monde.

    En été, période des pluies, un 4x4 est indispensable pour aller voir cet endroit.

    Malgré cet engin, nous avons failli y rester 2 fois. Une fois en traversant une rivière ou le nez à plongé dans l'eau et impossible de faire marche arrière. Et la deuxième fois où c'était dans de la boue, et là, le seule moyen a été la marche arrière.

    Sinon, entre les chiliens qui étaient embourbés qu'il a fallu aider, les routes qui ressemblaient à un champ de pierres, ceux à un cours d'eau ou à un champ de boue, nous dirons que la piste était praticable.

    Que d'aventures pour cette journée. Surtout que pour couronner le tout, je ne sais pas qui a réglé le thermostat de la source thermale, mais on aurait pu y faire cuire des pâtes.

     

     
    Galerie photos    Afficher la carte      
    Jour 5 : Humberstoneloupe
    Tamarugal Chili

    La ville fantôme d'Humberstone contenait environ 5000 habitants dans les années phares du salpêtre.

    Aujourd'hui à l'abandon, il y règne un climat étrange.

    Toute la première partie concernant la ville proprement dit, est bien réaménagée et laisse s'imaginer la vie d'antan de cet endroit.

    Pour ce qui est du fond de la ville, la partie ou il y avait l'activité industrielle, cela fait vraiment penser à la ville fantôme par excellence.

    Que de plaisir pour les yeux.

     
    Galerie photos    Afficher la carte      
    Jour 5 : Santa Laura Saltpeterloupe
    Tamarugal Chili

    Cette deuxième ville fantôme à quelques encablures de la première dispose d'une très belle usine qui est :

    Belle de loin, mais loin d'être belle.

    Malgré tout, cela reste un passage indispensable.

     
    Jour 5 : San Pedro de Atacama et ses environsloupe
    San Pedro de Atacama Chili

    San Pedro de Atacama est une ville située sur un haut plateau aride dans les Andes, au nord-est du Chili. Le paysage remarquable qui l'entoure allie déserts, marais salants, volcans, geysers et sources chaudes. Non loin de là, dans la réserve nationale de Los Flamencos, la Vallée de la Luna est une dépression lunaire avec des formations rocheuses peu communes, une gigantesque dune de sable et des montagnes striées de rose.

    Cette ville étant entourée de belles choses à voir, elle est aujourd'hui envahie par les touristes et commence à en perdre son identité : Dommage.

     

    Par contre, un très mauvais Wifi, donc pas de photos pendant 3 jours.

     
    Galerie photos    Afficher la carte      
    Jour 6 : Salar d'Atacamaloupe
    El Loa Chili

    Le salar d'Atacama est le salar ou dépôt salin le plus grand du Chili. Il est situé dans la région d'Antofagasta, au sud de la ville de San Pedro de Atacama, au pied des hauts volcans Licancabur et Láscar. 

    Le salar est un des plus grands gisements de lithium du monde. Celui-ci est exploité dans la partie sud du salar.

    Un desert gigantesque d'une épaisse croûte de terre salée.

     
    Galerie photos    Afficher la carte      
    Jour 6  :Laguna Tebenquicheloupe
    El Loa Chili

    Belle petite lagune assez désertique au milieu du désert.

    Pas de flamant rose, seule un au deux petits oiseaux et des lézards habitent les lieux.

     
    Galerie photos    Afficher la carte      
    Jour 6 : Vallée de la Lunaloupe
    El Loa Chili

    La Valle de la Luna (« vallée de la lune ») est un lieu désertique dont l'apparence évoque les paysages lunaires, en l'absence de tout signe de vie. La vallée est située dans la région d'Antofagasta au Chili, à 13 kilomètres à l'ouest de San Pedro de Atacama. En 1982, elle est déclarée sanctuaire naturel et fait à présent partie de la réserve nationale Los Flamencos.

    La vallée de la lune a été modelée pendant des millénaires par l'érosion de l'eau et du vent. Le sol est formé de canyons, de crêtes pointues, de ravins et des monticules de couleurs gris et ocre qui lui donnent une apparence qui ressemble à la Lune.

    La Vallée de la Lune se caractérise par l'absence d'humidité, de flore et de faune à l'exception du Liolaemus, une espèce de lézard. Son climat désertique et en altitude lui confère une grande amplitude thermique entre le jour et la nuit.

     
    Galerie photos    Afficher la carte      
    Jour 7 : Geyser Del Tatioloupe
    Campamento Geotermico Corfo El Loa Chili

    Dès l’aube les cratères du Tatio offrent un spectacle saisissant aux visiteurs. Situé à 4.200 mètres de hauteur, ses fumées créent de grandes colonnes blanches de vapeur qui atteignent leur plus grand éclat entre 6 heures et 7 heures du matin.

    Profitez d’une promenade matinale afin d’observer les rongeurs des montagnes tels que les vizcachas (appelés aussi « lièvre des pampas ») ,les vicuñas (proche de l’alpaga), ou encore les nandous (proche de l’émeu) et d’autres oiseaux, qui partent à la recherche de leur petit déjeuner entre les yareta (plantes à fleurs) et les cactus géants.

    La piscine d'eau thermale des lieux étant un peu surpeuplée pour nous, nous n'avons pas retenu cette option.

     
    Jour 7 : Laguna Miscanti-Miñiquesloupe
    El Loa Chili

    Belle lagune composée de 2 lacs proches les uns des autres.

     
    Galerie photos    Afficher la carte      
    Jour 7 : Laguna Lejialoupe
    El Loa Chili

    Grande lagune au milieu du désert.

    Au départ de Socaire, un pancarte indique la direction de cette lagune.

    Une petite piste, se transformant assez rapidement en un chemin de pierre difficile d'accès.

    Puis au bout de quelques kilomètres, ce chemin se transforme finalement en chemin de terre complètement raviné par les pluies. Il est impraticable, heureusement à certain endroit, nous pouvons faire du hors piste, ce qui nous à permis de passer.

    Puis une quinzaine de kilomètres plus loin, ce chemin fini par se transformer en une large piste sur laquelle nous pouvons atteindre les 100 km/h.

    Sans 4x4, impossible à passer, mais que d'émotions. Certain diront que même avec un 4x4, c'est impossible.

     
    Jour 8 : Transfert vers Puerto Monttloupe
    San Antonio Llanquihue Chili

    Nous rendons notre voiture de location à Antofagasta avec presque 2500 km de plus au compteur et nous quittons un paysage désertique pour nous retrouver en "France".

    Le paysage de Puerto Montt est très ressemblant à celui de la Normandie : Des plaines vertes vallonnées avec des vaches et quelques arbres.

     
    Jour 9 : plage de Villarricaloupe
    Villarrica Cautín Chili

    Villarrica est un petit village très touristique pour les locaux.

    Surtout que nous y étions un weekend où il faisait très beau et où il y avait pas mal d'animations.

    La plage principale (pas celle de la photo) de sable noir ressemblait à celle de St Trop. tellement il y avait de parasols.

     
    Jour 10 : Parc National Huerquehueloupe
    Cautín Province Chili

    Au milieu d’un relief montagneux, où les collines et ravins encerclent de nombreux lacs d’eau cristalline entourés par le légendaire Araucaria (pin du Chili), se trouve le parc naturel Huerquehue.

    En marchant le long de ses sentiers, on y croise plusieurs lacs du parc, comme par exemple le Lac Vert, connu pour ses eaux d’une profonde couleur émeraude.

    Au détour d'un sentier nous avons aperçu un pivert ou plutôt un pinoir devrais je dire. Au Chili, ils sont noir à tête rouge.

    La montée est très dure, mais le sentier de bonne qualité. Nous avons parcouru environ 17 km et gravi l'équivalent de 197 étages.

     
    Jour 11 : Parc National Conguillioloupe
    Chili

    Ce parc nous fait voyager au travers d'une terre préhistorique. Il y a des Araucarias (pins du Chili) millénaires et des scories volcaniques, dont beaucoup sont très anciennes.

    Avant d'arriver au parc, nous traversons des plaines recouvertes de lave de l'éruption de 2008.

     
    Galerie photos    Afficher la carte      
    Jour 12 : Valdivia et Corralloupe
    Valdivia Chili

    Les rempares se trouvent dans la ville de Corral, dans la ville face à Valdivia.

    Pour les atteindre en voiture, il faut faire le tour de l'estuaire : 60 km par une piste poussièreuse.

     
    Jours 13, 14 et 15 : Chiloé et ces églises loupe
    Chiloe Chili

    Chiloé est une grande île nous rappelant la Bretagne, tant par sa végétation avec ses prés et vaches, que par ses côtes, mais également par ces petits ports de pêche.

     

    Les églises de Chiloé constituent un exemple unique en Amérique Latine d'architecture religieuse en bois. Elles représentent une tradition initiée aux XVIIe et XVIIIe siècle par des prêcheurs jésuites itinérants, tradition poursuivie et enrichie par les Franciscains au XIXe siècle et qui prévaut encore de nos jours. Ces églises illustrent l'extraordinaire richesse de l'archipel de Chiloé et témoignent de la fusion réussie de la culture et des techniques indigènes et européennes, de la parfaite intégration de son architecture dans le paysage et l'environnement, ainsi que des valeurs spirituelles des communautés.

    Plusieurs églises sont inscrites au patrimoine mondial de l'UNESCO. Elles sont toutes faites sur le même modèle.

     

     
    Jour 14 : Cucao et le parc national de Chiloéloupe
    Chiloe Chili

    Petit village possédant une très grande plage de sable et un mignon parc national.

    Le plus impressionnant de ce parc est sa forêt pluviale impénétrable.

     
    Jour 15 : Pingüineras de Puñihuilloupe
    Chiloe Chili

    Petite balade en bateau pour aller voir 4 colonies de pingouins.

    Sur la dernière colonie, il ne reste plus que 2 pingouins, les autres sont partis faire leur migration jusqu'en décembre. Mais nous voyons qu'en même leurs nids.

    Le plus sympa de cette journée restera qu'en même le petit restaurant sur cette plage.

     
    Jour 16 : Transfert Chiloé -><noscript><img src=loupe
    Valparaíso Valparaiso Chili

    Départ de Castro pour Puerto Montt où nous rendons notre voiture avec environ 2200 km de plus au compteur.

    Ensuite nous prenons un vol Puerto Montt vers Santiago, puis un voiture de location pour aller à Valparaiso.

     
    Jour 17 : Valparaiso, la ville aux mille couleursloupe
    Valparaíso Valparaiso Chili

    Les fameux "ascensores" partant à l'assaut des "cerros"

    Si caractéristiques de la ville, les funiculaires et trolleys font partie du patrimoine historique de Valparaiso. La ville compte 14 funiculaires datant du début de l'ère industrielle mais ils ne sont plus que 7 à fonctionner. Qu'importe, monter à bord de cet ascenseur fait partie intégrante de la visite de la ville.

    Sinon, l'autre point carractéristique de cette ville sont les multiples façades taguées qui nous font déhembuler les rues des cerros Alegre, Concepción et Bellavista.

     
    Le code de la route Chilienloupe

    Du moins ce que j'en ai compris.

     

    Autoroutes :

    Route 2 fois 2 voies bitumée avec des péages tous les x km.

    Sur ces routes, vous pouvez y rouler en camions, voitures, vélos, ... Enfin tout ce qui roule !

    Il y a des arrêts de bus, des piétons (où animaux) qui peuvent traverser, des contrôles de police.

     

    Routes principales :

    Route large revêtue ou pas. Cette route peut être goudronnée avec des bandes blanches, et tout d'un coup se transformant en piste caillouteuse et poussiéreuse.

    Route Salar del Surire

     

    Routes secondaires :

    Tout est possible : De la route en très bonne état, se transformant au détour d'un virage en piste, voir en torrent de boues complètement ravinée.

     

    Différentes portions de la route entre le Salar de Surire et Huara

     

    Différentes portions de la route entre Socaire et la Laguna Lejia

    Route Salar del SurireRoute Salar del SurireRoute Salar del Surire

     

    Limitation de vitesse :

    30 km/h => vous pouvez rouler jusqu'à 90 km/h.

    60 km/h => pareil, environ 90 km/h.

    100 km/h => 120 km/h.

    120 km/h => 140 km/h.

     

    Sens interdits :

    Il faut regarder sur les murs ou pancartes aux coins des rues, pour y trouver de petites flèches indiquant le sens de circulation de la voie.

    Sens interdit au Chili

     

    Pont :

    Structure permettant de passer par dessus un obstacle.

    Si celui-ci n'existe plus ou est cassée, passez où vous pouvez.

    Route Salar del Surire

     

    Les stops :

    une pancarte "Parre" que vous pouvez trouver partout. Et bien même si elle se trouve au croisement d'une ligne de chemin de fer en plein milieu du désert et qu'il n'y a pas de train, vous avez intérêt de vous arrêter. Les Chiliens vous dirons qu'il peut toujours y avoir un policier qui sorte de n'importe où pour vous verbaliser si vous ne vous êtes pas arrêté.

     

    Feux de croisement :

    En dehors des villes, il faut circuler avec les feux de croisement allumés.

    Dans les villes, vous pouvez les éteindre ! (il n'y a sans doute aucun danger.)

     
    GMapFP

    Free Joomla! template by L.THEME